Feeds:
Posts
Comments

Posts Tagged ‘canada’

michael snow, le paysage, la machine, le diagramme, les photogrammes (sans doute recadrés).

/
ce vendredi, un de mes films (dits) « expérimentaux » préférés (et une de mes plus intenses expériences de spectateur – et d’auditeur : incroyable bande-son électronique minimale !!) passe à la cinematek. la séance sera présentée par stéfani de loppinot qui a consacré l’an dernier un beau petit livre au film, publié aux indispensables éditions yellow now de crisnée. un ouvrage qui dès la page 7 (un exergue plus que bien vu) tire une fort inspirante flèche bien affûtée vers un autre tout grand film (que les esprits étriqués ne considèreront pas comment faisant partie des mêmes chapelles du cinéma – on les plaint).

/
/
« les hommes ne connaissent jamais qu’une partie
de la réalité. et pourquoi ? parce qu’ils ne voient
qu’un seul aspect des choses. moi je les vois tous,
parce que je vois… en rond.
»
(anton walbrook, le meneur de jeu dans la ronde de max ophuls)

/
« (…) la région centrale [de michael snow] dure un peu plus de trois heures, alors que son sujet est on ne peut plus minimal : un paysage, plutôt aride, un désert en fait, toujours filmé depuis le même endroit, « central ». on y voit surtout de la rocaille, des petits cailloux mais aussi de gros rochers, quelques brins d’herbe et, au loin, des montagnes et un lac. le tout dans des dégradés très subtils de brun, de vert éteint et de gris, contrebalancés par le bleu du ciel et l’éclat du soleil. et c’est tout ? oui c’est tout. aucune trace de vie à l’horizon. il n’y a personne, non plus derrière la caméra. c’est une machine, seule au milieu du désert, qui filme ; solidement plantée dans le sol. elle ressemble à un arbre. le désert se situe au québec, à quelques 160 km au nord de sept-îles. on est au mois de septembre 1970 et il ne doit pas y faire bien chaud, le ciel est couvert mais prendra le temps de s’éclaircir. unité de lieu, unité d’action et unité de temps : le film commence un jour et s’achève aux aurores du lendemain. c’est une tragédie parfaite, sans aucune trace d’humanité. (…) »
(stefani de loppinot, ed. yellow now)

/
la région centrale
michael snow – canada, 1970-1971 –  190’
en présence de stéfani de loppinot
ce vendredi 4 février – 19h30 – cinematek
rue baron horta – 1000 bruxelles
/
> !!! d’autres films du cinéaste sont programmés en février !!! <

/
lien 1 [quatre minutes du film]
lien 2 [michael snow présente la copie restaurée de son film en 2010]

Advertisements

Read Full Post »